La Machine à Mixer

514 271.4015 Montréal-Canada

Bienvenue sur la page officielle de La Machine à Mixer!

Les capsules vidéos et autres pages de la MàM sont accessibles à partir des liens sociaux.

Bonne visite!
- Etienne Tremblay

5 CHOSES À FAIRE AVANT CHAQUE MIX.

J'ai pris le temps de trouver 5 choses que TOUS les professionnels font avant de passer au mixage et que vous pouvez vous aussi faire, peu importe votre niveau ou le matériel que vous possédez. Si vous ne les appliquer pas déjà, ces pratiques vous permettront d'améliorer drastiquement la qualité de vos mixs. 

Alors, voici, dans le désordre, les 5 choses à faire avant chaque mix.

1-Écoutez vos références.

Si vous voulez connaître mes 15 albums de référence, cliquez sur l'image ci-dessus.

Si vous voulez connaître mes 15 albums de référence, cliquez sur l'image ci-dessus.

Premièrement, il faut définir ce qu'est une référence. Une référence est une chanson ou album, produit dans de bonnes conditions, par des professionnels. L'idéal, c'est de trouver un album que vous connaissez vraiment bien et que vous avez eu la chance d'entendre dans un maximum de contextes d'écoute (studio, voiture, écouteurs, etc). Il faut aussi que le style soit pertinent avec votre musique. De plus, il est préférable d'éviter les albums trop vieux (années 90 et moins), parce que les pratiques de mastering ont beaucoup changés dans les 20 dernières années. 

Il est très important de prendre le temps d'écouter une ou des références avant l'enregistrement, le mix et le mastering. Même avec plus de 10 ans d'expérience, il faut toujours que je prenne le temps d'écouter une référence avant les étapes importantes de la production. Si j'oublie de le faire, je le regrette. Écouter une référence, c'est un peu comme calibrer ses oreilles et ça nous assure de partir du bon pied. D'une journée à l'autre, notre écoute peut changer. Ça peut être dû à la soirée en boîte de la veille ou encore, au taux d'humidité plus élevé que la normale. Une baisse de tension électrique ou une journée de mer** peuvent aussi altérer la qualité de votre écoute. Alors, pour éviter d'être à la merci de tous ces différents facteurs, il faut faire une petit "reality check" en écoutant une référence!

Notez qu'il est important de "matcher" le volume de votre référence à celui de votre mix (il faut que les deux pièces soient au même volume apparent). Une pièce masterisée sera souvent 10-12 dB plus forte d'un mix non masterisé ou sans limiteur sur le master. Prenez donc toujours le temps d'ajuster le volume votre référence pour ne pas comparer des pommes avec des oranges.

2-Organisez les pistes par couleurs.

Ok. Ce conseil vous semblera à prime abord... superficiel ? Mais je peux vous garantir que si vous l'appliquez une fois, vous l'appliquerez toujours. Ça m'a pris des années avant de comprendre l'importance de l'organisation visuelle des pistes dans une session (ex.: drums/percus=orange, basse(s)=mauve, guitares=vert, etc). Premièrement, c'est beaucoup plus agréable et stimulant de travailler dans une session où tout est clair au premier coup d'oeil. Deuxièmement, on sauve un temps fou durant toutes les manipulations et en mix, temps = jus de cerveau. Plus c'est simple et rapide de s'y retrouver, plus vous pouvez concentrer vos énergies aux bonnes places. On s'évite ainsi les frustrations du genre "ben voyons, elle est où la maudite piste de shaker ?!?!?" qui nous font sortir de la "zone". C'est un 5-10 minutes particulièrement bien investi, faites-moi confiance!

3-Faite le ménage.

Utilisateurs de Pro Tools: jetez un oeil sur le "Strip silence" qui peut accélérer considérablement cette étape.

Quand je parle de ménage, je ne parle pas de passer l'aspirateur dans votre home-studio! Je vous parle de toutes ces voix enregistrées à la va-vite, dans le feu de l'action, et qui ont des bouts, sans voix, au début ou à la fin. On vous y entend peut-être parler, danser ou émettre des borborygmes. Si vous pensiez faire le ménage en cours de mix, oubliez ça tout de suite. Ça n'arrivera pas. Vous aurez juste le goût de vous concentrer sur l'effet super-cool-de-délai-sur-la-voix-avec-du-flanger-etc-etc-etc et c'est uniquement après la diffusion de la chanson que vous vous rendrez compte qu'il y a des bruits et des "clips" ici et là, parce que vous n'avez pas pris le temps d'enlever le bruit de fond et de faire les fades in/out. Ça fait partie des choses nécessaires - et plates - à faire, alors le plus rapidement c'est fait, le plus tôt on peut passer aux étapes plus excitantes ! 

Apprenez vos shortcuts pour l'édition et le ménage peut se faire en un tour de main.

4- Éditez le timing.

C'est probablement sur cet aspect de la préparation que se distinguent les professionnels des amateurs. Pourquoi ? Parce que ça peut-être parfois long (et péniple!) et ce n'est pas toujours évident de savoir quand et comment replacer des instruments qui ne sont pas tout à fait sur le temps. Les problèmes liés au rythme peuvent carrément vous empêcher d'atteindre l'esthétique sonore recherchée. Dans le doute, on vérifie le tout en commençant par la base: la batterie. 

On l'écoute avec un métronome en arrière-plan (lorsque la chanson est enregistrée au clic!) et on replace lorsque c'est à côté. Ça prend un peu de temps au début, mais plus vous le ferez et plus ce sera facile et rapide à faire. On ajoute la basse et on écoute l'interrelation. On replace au besoin. On ajoute une guitare et on ré-ré-écoute avec la batterie et la basse. On répète ces étapes en ajoutant un instrument à la fois, en terminant par la voix et les backs.

Évidemment, nous avons des outils qui nous facilitent grandement la tâche lorsqu'il faut corriger l'ensemble de l'interprétation. 
Avec la plupart des logiciels, il est possible de découper les pistes audio en analysant les "transients" (par exemple, à chaque coup de kick ou snare). Les segments audio peuvent être ensuite quantifiés (quantize), tout en préservant un certain pourcentage de l'interprétation originale. On évite ainsi que le résultat trop machinal. Ça demande un peu de recherche et d'essai-erreur pour maîtriser ce genre de manipulations, mais c'est accessible à tous.
Je vous conseille fortement de lire le manuel de votre logiciel ou de visionner des tutoriels avant de vous y mettre, parce que la méthode empirique peut être très frustrante lorsqu'on débute. 

Quelques points à garder à l'oeil:

  • La relation kick-basse. Est-ce que les deux sont bien ensemble ? Si non, lequel est fautif ?
  • Attention aux basses qui devancent le kick! C'est généralement préférable que la partie de basse soit en même temps ou légèrement après le kick. C'est aussi valable pour les beats et basses électro.
  • S'il y a plusieurs guitares rythmiques, vérifier qu'elles jouent bien ensemble. 
  • On oublie souvent que la voix peut aussi nuire au rythme. Nous ne sommes pas tous des Sinatra et on ne peut pas toujours se permettre de "free-styler" sans induire une bonne dose de chaos. La fonction time stretch est très utile dans ces cas, parce qu'on doit parfois étirer ou raccourcir un mot ou une syllabe pour que ça groove.
  • Il est parfois intéressant d'utiliser les Beat Detective de ce monde sur les guitares acoustiques, à cause de leur rôle "mélodico-rythmique".

5-Éditez le pitch.

Si je vous parle d'édition de la tonalité, de la justesse des notes, vous pensez probablement à l'autotune sur les voix et vous avez tout à fait raison. Bien que je ne sois pas un grand fan de l'auto-tune, c'est parfois un mal nécessaire et dans certains styles, la couleur de l'autotune est désirée. Je vous suggère de toujours faire une écoute critique de la justesse des voix en début de processus. Ainsi, avant de vous lancer dans le mix, vous aurez l'occasion de voir avec l'artiste s'il serait préférable de refaire la prise ou si l'on corrige - ou pas - lors du mix. Gardez en tête qu'il n'est pas nécéssaire de traiter l'ensemble d'une voix pour corriger une ou deux note fausses!

Mais il n'y a pas que les voix qui peuvent être fausses: les guitares et les basses peuvent aussi amener une certaine dose d'inconfort dans l'écoute si elles ne sont pas justes. Du côté des guitares, le plus grand risque provient de l'utilisation de différentes guitares ajustées différemment (ou justement, pas ajustées!). Dans ce cas-ci, il est impossible de régler le problème avec un autotune. Si vous avez des enregistrements importants à faire, un petit tour chez le luthier vous évitera ces problèmes impossibles à régler.

L'autotune sur une basse électrique est parfois nécessaire si elle n'était pas juste avec les guitares. Le résultat sera loin d'être parfait, mais ce sera mieux.


Voilà! Vous avez survécu ? Vous êtes maintenant prêt à vous lancer dans le mix de votre chanson! 

Je vous recommande de toujours faire un "save as" ou de créer une nouvelle copie de la piste travaillée à chaque fois que vous faite une manipulation importante, il sera ainsi plus facile de revenir en arrière si vous faites une erreur! Mais bon, comme on dit, on apprend de nos erreurs, alors il est peut-être préférable de ne pas m'écouter sur ce dernier point... ;-)